Les jeunes acheteurs évaluent mal les frais supplémentaires

Selon une enquête menée par Axa Banque auprès de 1.000 jeunes âgés de 22 à 35 ans, ceux-ci sont nombreux à ne pas y voir clair sur les frais supplémentaires, qui s’ajoutent au prix du bien immobilier qu’ils souhaitent acheter.
Il ressort de cette enquête que seul un jeune acheteur sur trois parvient à estimer correctement le coût total. 

S’il n’y avait qu’une seule chose à retenir: le prix d’un bien bien immobilier = la somme des différents coûts, pas uniquement le prix d’achat de celui-ci.


Afin de les aider, nous avons constitué une liste des frais à prendre en compte.

1. Le précompte immobilier

Il s’agit d’une taxe régionale annuelle. Elle est définie par le type de bien, la localisation, la composition du ménage, les personnes à charge, etc. Cela veut dire qu’on estime la valeur locative du bien (appelée revenu cadastrale) pour calculer la taxe dont vous êtes redevable annuellement.

2. Les frais d’enregistrement
  • En Région bruxelloise, les droits d’enregistrement sont de 12,5% du prix du bien. Mais s’il s’agit de votre premier achat, vous bénéficierez d’un abattement de 175.000€, ce qui signifie que vous ne payez plus de droits d’enregistrement sur la première tranche de 175.000 € (cela correspond à une économie de 21.875 €)  ! Les droits d’enregistrement sont un impôt perçu par la RÉGION.
  • En Région wallonne, les droits d’enregistrement sont également de 12,5%, avec une possibilité d’abattement de 20.000€.
  • En Région flamande, les droits d’enregistrement sont de 6% (avec une possibilité d’abattement de 15.000€) en cas d’achat d’une habitation unique servant de logement familial. Dans les autres cas, le taux est de 10%).

    N.B: Les ventes de biens neufs ou en cours de construction sont quant à elles soumises à la TVA et pas aux droits d’enregistrement. En principe, le taux de TVA est de 21 %.

Sachez que dans le cas d’un achat d’une habitation modeste (revenu cadastral inférieur à 745€) les droits d’enregistrement peuvent être réduits.

3. Les frais de notaire

Qui dit ‘acte chez le notaire’ dit honoraires ! A ne pas oublier dans votre calcul, car ils représentent une somme assez significative. Les honoraires sont déterminés par la loi, ils représentent un pourcentage du prix d’achat de votre bien, ce pourcentage est dégressif (comptez environ 1000€ pour un crédit de 300.000€). Ces tarifs sont calculés HTVA ; la TVA est donc un montant supplémentaire à prendre en considération.
En plus des honoraires, comptez aussi les frais administratifs afférents aux différentes recherches que le notaire doit entreprendre afin de s’assurer du bon déroulement de la vente. Le montant de ces frais dépend de la charge de travail liée à votre achat. Il faut compter entre 800 et 1100€ approximativement.

De plus, la transcription hypothécaire coûte 230€, il s’agit de la retranscription de l’acte notarié au bureau des hypothèques, qui doit être en possession d’une copie de l’acte original.
Des outils permettent de calculer ces frais en ligne. Nous recommandons l’outil proposé par notaire.be qui est fiable et qui détaille avec précision ce que comprend chaque élément.
CALCULER VOS FRAIS D’ACTE D’ACHAT

4. Les frais d’acte de crédit hypothécaire

Les frais ne s’arrêtent pas là (ce serait trop facile).  Chez le notaire, vous devez également enregistrer votre crédit.
Le droit d’enregistrement de votre crédit est de 1% (quelle que soit la région), il est calculé sur base du montant emprunté et des frais accessoires au crédit (primes d’assurances, par exemple). Cette taxe est virée à l’Etat.
Le droit d’inscription hypothécaire est lui de 0,3% du montant emprunté + frais accessoires, cette taxe est également virée à l’Etat.
CALCULER VOS FRAIS D’ACTE DE CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE 

5. Les frais de dossier

Vous payerez les frais de dossier à votre banque pour l’ouverture de votre crédit. Il y a une limite maximale pour les frais de dossier qui est de 500€.

6. Les assurances
  • L’assurance incendie ne varie que très peu selon les sociétés émettrices, comptez environ 250€ annuellement pour une maison de taille moyenne.  Vous pouvez souscrire cette assurance auprès de votre banque dans le cadre d’un crédit hypothécaire et ainsi parfois bénéficier d’avantages supplémentaires, mais rien ne vous y oblige.
  • L’assurance solde restant dû sert à couvrir vos proches au cas où vous décéderiez inopinément durant la période de remboursement de votre crédit, l’assurance peut couvrir l’entièreté du crédit ou seulement une partie. Cette assurance, bien que légalement non obligatoire, est généralement imposée par l’organisme de crédit. Sachez que nul ne vous oblige à prendre cette assurance dans le même organisme que celui qui vous a octroyé votre crédit, n’hésitez donc pas à comparer car les montants peuvent varier fortement. Par contre, le fait de souscrire l’assurance auprès de la banque qui vous fait crédit peut entrer en ligne de compte dans la négociation de votre taux d’intérêt !

    D’autres assurances complémentaires existent en plus de ces deux assurances « de base », sans pour autant être obligatoires.

Vous l’aurez donc compris, le montant total des coûts connexes lors de l’achat d’une habitation existante se situe entre 10 et 20% du prix d’achat, avec des différences selon la région, la taille du bien, etc. 

Share !