Union Européenne, un parc immobilier neutre pour 2050 : challenge accepted !

Personne n’est sans savoir le défi environnemental et sociologique que nous devons relever. Et nos autorités y travaillent.

Il était temps de prendre des décisions efficaces. En effet, le secteur de la construction est l’un des plus polluant en Europe. A Bruxelles par exemple, les bâtiments sont responsables à eux seuls de deux tiers des émissions de gaz à effet de serre.
C’est pourquoi, les eurodéputés ont accepté des nouvelles règles en mai 2018 visant à un parc immobilier à émissions faibles ou nulles d’ici 2050 dans l’Union européenne.

Concrètement, cela veut dire que chaque pays-membre doit mettre en place des stratégies nationales afin de favoriser des bâtiments avec une efficacité énergétique meilleure.
Il faudra donc rénover l’immobilier existant (public et privé) et construire de nouveaux bâtiments plus intelligents d’un point de vue environnemental.
L’objectif est donc une décarbonisation des bâtiments et une utilisation maximale des énergies renouvelables.

En pratique, l’Union européenne encourage l’utilisation des Technologies de l’information et de la communication dans le secteur de la construction. On parle par exemple d’algorithmes d’intelligence artificielle qui pourront surveiller l’équilibre entre production, consommation et stockage. Ceux-ci permettront de stabiliser le réseau.
L’automatisation devient le maître mot pour assurer des bâtiments durables. Pour y parvenir, l’UE s’engage a débloquer des financements publics et privés afin de réduire la facture énergétique des ménages par la rénovation de bâtiments anciens.

Aujourdhui à Bruxelles, un bâtiment décroche en moyenne un score énergétique de D, voire E, l’objectif est d’arriver à un PEB de C d’ici 2050. Pour y parvenir, le propriétaire aurait l’obligation à partir de 2030 de procéder à des travaux de rénovation tous les cinq ans.
Que les particuliers se rassurent, diverses aides seront prévues:

  • Campagnes d’information sur les avantages à rénover ;
  • Dispositifs d’aide existants amplifiés ;
  • Prêt vert étendu à davantage de bénéficiaires ;
  • Dispositif spécial prévu pour les copropriétés.

Alors… challenge accepted ?


Share !